Carmel Caritas

 Construction d’une école primaire à Bunia (R.D. du Congo)

ecole1

 

Bunia est une ville qui se situe au nord-est de la République Démocratique du Congo, dans le district de l’Ituri, région qui a connu la guerre ethnique de 1999 à 2005. La construction de l’école se fait dans le village de Miala, à environ 9 Km du centre de Bunia. Actuellement les enfants, assis sur des planches, suivent les cours dans un bâtiment en pisée et dans une maison abandonnée par un particulier. L’effectif total d’élèves filles et garçons est de 450.

Dans le contexte de guerre qu’à connu l’Ituri où les enfants des diverses ethnies se retrouvent à l’école, ce projet veut créer un environnement favorable pour l’apprentissage et l’éducation. Cette école vise à introduire une pédagogie innovante où l’enfant est constructeur de son savoir par une nouvelle didactique. Cette école aura pour mission de respecter l’enfant dans sa dignité ; elle contribuera ainsi à la réconciliation et à la cohésion sociale, en incitant les enfants au respect mutuel et en formant des citoyens tolérants, épris de justice, de paix et de liberté.

Les Pères Carmes de Bunia sont les  initiateurs et les responsables de ce projet. Ils ont confié la construction de l’école à l’entreprise  « OMITEC ». Les habitants du village assurent leur contribution à la réalisation du projet en puisant l’eau, en cherchant la paille, et en effectuant d’autres menus travaux. La construction de l’école veut aussi soutenir le tissu social local, par l’embauche de main d’œuvre provenant des villages environnant le chantier.

Les buts de l'école :

  • Répondre à un besoin de scolarisation dans cette ville où les enfants ne peuvent  aller en classe qu’à mi-temps le matin ou l’après midi faute de place et où beaucoup d’enseignants sont au chômage,
  • Développer la  Paix et la Tolérance dans cette région meurtrie par des années de conflit en construisant le vivre ensemble dans le respect mutuel dès le plus jeune âge,
  • Promouvoir un enseignement respectant la dignité de l’enfant en tenant compte de ses possibilités et en proposant des sanctions éducatives.

Carmel Caritas sert à financer :
• le mobilier : les bancs, les tables...
• les fenêtres et les portes
• le crépissage des murs (ciment très cher)
• murs et couverture de 6 classes.

Les habitants du village assurent leur contribution à la réalisation du projet en effectuant divers travaux.
Le chantier de l’école embauche de la maind’œuvre locale contribuant ainsi au développement économique de la région.

Avancement du projet de Binia en 2015

 

Les foyers d’éducation en Indonésie

 

 Les foyers d’éducation appelés « abri carmélitain », dont la devise est « servir les élèvespauvres avec grand amour », ont été fondés dans la région sud-ouest de Malang.

Ils sont conçus pour les enfants de familles désavantagées comme lieu d’apprentissage et d’éducation. Ils fournissent aux enfants une bibliothèque et organisent des cours, notamment de cuisine et de couture.

ils fournissent également du matériel de première nécessité et un service de santé pour l’enfance et pour les personnes âgées. On envisage la réalisation d’autres foyers d’éducation dans la région pauvre de Malang.

 Avancement du projet d'Indonésie en 2015

 

 

 

Solidarité dans la rue (SDR) à Nantes

 

Trois litres de soupe, autant de café, quarante sandwichs, vingt bols de raviolis, etsurtout des jeunes à l’écoute des démunis qui viennent à eux pour se nourrir et se réchauffer à leurs sourires ; voilà le menu du samedi et dimanche soir, gare-sud de 19 h à 21 h servi par une équipe de 4 étudiants de l’aumônerie de Nantes.
Carmel Caritas apporte son soutien financier à cette action tout au long de l’année. Dernièrement, cela a permis de proposer des repas chauds. L’adhésion de Carmel Caritas à cette action permet d’en envisager le développement et l’ouverture vers des horizons plus vastes.

Page Internet Solidarité dans la rue

 

 

 

 

Continuer avec Carmel Caritas

Afin de récolter des fonds, nous menons plusieurs action :

  • des expositions de peintures
  • des concert
  • un marché de Noël

 

Vous souhaitez participer à Carmel Caritas

Plusieurs options possibles selon votre temps et votre générosité :

  • être adhérent : cotisation annuelle de 15 €
  • être membre bienfaiteur : à partir de 30 €
  • être participants aux manifestations
  • en faisant un don à Carmel Caritas en envoyant votre chèque à :

Carmel Caritas

Allée Titus Brandsma

44200 Nantes

 

Pour adhérer ou obtenir d'autre infomation : contactez-nous

Carmel Caritas est déclaré comme association à but non lucratif de la loi 1901.

Exemple d'action : UN BOL DE RIZ POUR BUNIA

Jeudi 21 avril 2011, le lycée et collège Saint Félix de Nantes, a proposé aux élèves d’offrir le bol de riz de carême pour la construction de l’école primaire catholique de Bunia.

Michel de Cambourg, responsable en pastorale à Saint Félix a souhaité que cette « opération bol de riz » s’accompagne d’une présentation du projet Bunia par un frère carme, et c’est Frère Gianfranco qui s’est déplacé au collège ce Jeudi Saint.

L’intervention, présentée au préalable dans les classes et relayée par voie d’affichage, s’est déroulée en trois temps :
12 h : présentation du projet Bunia par Frère Gianfranco en salle de cinéma.
13 h ; bol de riz pris au self.
13 h 30 : concert digestif dans le parc.

La salle de cinéma était à peine assez grande pour contenir tous les participants. Frère Gianfranco a d’abord présenté rapidement le couvent Notre Dame de Lumières situé à l’extrémité de l’île de Nantes et l’association Carmel Caritas ; puis, il s’est attaché à situer la République Démocratique du Congo sur une carte d’Afrique, en montrant où se trouvait  Bunia. Les diapos des petits enfants venant à l’école nu-pieds, dans les classes devant le tableau noir, les étapes de la construction de l’école et des travaux en cours ont suivi.

Au cours du commentaire du montage diapos par Frère Gianfranco, les jeunes collégiens ont surtout été frappés par les fléaux qui s’abattent sur les enfants de ce pays : le paludisme qui emporte un enfant toutes les 30 secondes en Afrique, le risque d’être enrôlé dans l’armée dès leur plus jeune âge…

D’où l’importance de l’école, la nécessité de locaux mieux adaptés où les WC sont déjà un premier pas pour reconnaître l’enfant dans sa dignité.

Avant d’assister à la projection, plusieurs élèves avaient été surpris de voir sur l’affiche de jeunes enfants transporter des briques ; ils ont pu constater à quel point ils participaient activement, avec les habitants du village, à la construction de leur école.

A 13 h, les élèves se sont rendus au self pour partager le bol de riz. La majorité des élèves qui déjeunent au self (environ 250) avait choisi de partager le bol de riz (nature et au lait, accompagné d’une pomme) et certains externes les avaient rejoints pour l’occasion. Ce sont environ 280 participants (demi-pensionnaires, externes et membres  du personnel éducatif et enseignant) qui ont ainsi manifesté leur soutien à l’opération bol de riz pour Bunia. Un formidable élan de générosité !

L’assistante italienne du lycée, Benedetta a déjeuné aux cotés de frère Gianfranco qui s’est fait un plaisir de parler avec elle  dans sa langue. D’autres enseignants les ont rejoints.

Le concert qui a prolongé le repas et qui s’est déroulé dans le parc, a attiré de nouveaux  « participants » et s’est déroulé sous le soleil, dans la joie et la bonne humeur. Comme l’a souligné Michel de Cambourg, le jeûne n’empêche pas d’être joyeux !

Un grand merci à Michel qui s’est chargé de l’organisation, de la préparation, de la mise en place et de suivi de cette opération ; il a mobilisé sur ce partage de très nombreux élèves. Merci également à l’établissement Saint Félix qui nous a accueillis, aux enseignants qui se sont associés au bol de riz, et surtout aux très nombreux collégiens et lycéens qui ont échangé avec enthousiasme et générosité leur repas habituel pour  un bol de riz à l’intention des enfants de l’école de Bunia, en ce Jeudi Saint 21 avril, apportant ainsi une contribution très appréciable à ce projet. 

Martine Piveteau