Un couvent dans la ville, Les Grands Carmes de Nantes

Il peut sembler paradoxal de retracer l'histoire d'un couvent nantais aujourd'hui disparu. La raison en est simple : les Grands Carmes de Nantes ont un passé prestigieux. Outre des oeuvres d'art remarquables, actuellement présentées au Musée Dobrée, le couvent a abrité le célèbre Tombeau des Ducs de Bretagne, sculpté par Michel Colombe, le reliquaire du coeur d'Anne de Bretagne, les sépultures de Gilles de Rais, de Pontcallec et de Gérard Mellier.

Les Grands Carmes mêlent leur histoire à celle de la cité nantaise, à celle également de la Bretagne et de la Province carme de Touraine. Les religieux ont bénéficié de largesses princières en recevant le trésor de Jean V. Quant au missel des Carmes, c'est tout a la fois une oeuvre de piété et un monument d'idéologie ducale, aux derniers temps de l'autonomie bretonne.

Le couvent a participé activement au grand mouvement spirituel de la Réforme de Touraine en étroite liaison avec les autres maisons carmélitaines du XVIIe siècle.

Les Grands Carmes sont à nouveau présents sur les bords de Loire, au coeur de l'île Beaulieu, après deux siècles d'absence.

 

Prix de la publication : 26 €