Le livre de la "Formation des premiers moines"

Elie, ce prophète de Dieu, est le premier moine ; il est à l’origine de cette sainte institution. Tendu en effet vers la contemplation divine, aspirant à un plus grand progrès, il se retira loin des villes, se dépouilla de tous les biens terrestres, de tous les biens du monde, et ainsi, le premier, de son plein gré, commença à mener une vie érémitique, religieuse et prophétique (…). La parole de Dieu fut adressée à Elie, lui disant : « Eloigne-toi d’ici, marche face à l’Orient, cache-toi dans le torrent de Carith qui est en face du Jourdain ; là tu boiras du torrent ; et j’ai ordonné aux corbeaux d’y porter ta nourriture » (1 R 17, 2-4)

Or ces commandements salutaires auxquels l’Esprit Saint inspira à Elie d’obéir (…) doivent mot à mot subir notre examen à nous, moines ermites, au point de vue historique et plus encore mystique, avec d’autant plus d’application qu’ils comportent une institution plus riche : la manière de parvenir à la perfection prophétique et au terme de la vie religieuse érémitique. Dans cette vie, nous distinguons une double fin : l’une que nous atteignons par notre labeur et l’exercice des vertus avec l’aide de la grâce divine : offrir à Dieu un cœur saint et pur de toute souillure actuelle du péché ; nous y parvenons lorsque nous sommes parfaits et en Carith ; c’est à dire cachés dans cette charité. L’autre fin de cette vie nous est proposée en vertu d’un don pur de Dieu ; elle consiste à goûter d’une certaine manière en notre cœur, à expérimenter dans notre esprit, la force de la divine présence et la douceur de la gloire d’en haut, non seulement après la mort, mais même en cette vie mortelle. Voilà ce qui est proprement boire au torrent de la joie de Dieu. Cette fin, Dieu l’a promis à Elie, en lui disant : « Et là tu boirais au torrent » (L’INSTITUTIONDES PERMIERS MOINES , in Les plus vieux textes du Carmel (Vigne du Carmel), Paris, Seuil, 1945, ch. II, pp. 112-114).

{mosimages}

Ce fut Frère Philippe Ribot, Catalan qui rassembla dans une unique collection dix livres sur l’histoire de l’Ordre (1379 et 1391) . Les sept premiers livres de cette collection s’appellent « De Institutione primorum monachorum ». Ce livre nous offre une exposition systématique de la spiritualité du prophète Elie vécue par le Carmes du XIVe siècle. L’institution a été le principal ouvrage de lecture spirituelle entre le XIVe et le XVIIe siècle. Ce livre jouissait d’une grande autorité dans l’Ordre, il était même connu comme étant la « Première Règle » du Carmel, avant même la Norme de Vie de Saint Albert. Par ailleurs, bien probablement, Sainte Thérèse de Jésus et Saint Jean de la Croix se sont nourris de la spiritualité de ce chef-d’œuvre de la littérature carmélitaine médiévale.