L'activité Philosophique et Théologique des Carmes (XIIIème et XIVème siècles)

L’entrée des premiers Carmes dans les universités européennes date de l’année 1271. Le nouveau statut canonique de l’Ordre (Mendiants) exigeait une certaine qualification universitaire . Les oppositions ne manquaient pas à l’intérieur de l’Ordre ; Nicolas de Français défendait la place des Carmes parmi les « simplices in eremis » et non pas avec les « in scientia praedite » dans les villes. A l’extérieur sévissait la lutte de l’Université de Paris contre les Mendiants. En 1295, Frère Gérard de Boulogne fut le premier Carme à être Maître es théologie à l’Université de Paris. La fréquentation des universités obligea l’Ordre à créer des « Studia Generalia » (collèges universitaires) pour les jeunes Carmes en formation. En 1258, l’Ordre fonda son premier « Studium Generale » à Paris, celui de la place Maubert, qui exista jusqu’à la révolution. Voici les principaux Frères Maîtres de l’Ordre au Moyen Age : Gérard de Boulogne (1240-1317) ; Silbert de Beka (+1322), qui structura définitivement la liturgie carmélitaine ; Guido Terreni (+1342) ; Jean Baconthorp (+1348), le « doctor resolutus », il compte parmi les défenseurs de l’Immaculée Conception de Maris ; Saint Pierre Thomas (+1366), évêque et légat pontifical en Orient ; Paul de Peruge (+1372) ; Miguel Aignani (+1400) ; Jean Brammart (+1407) et Thomas Netter (+1430).

{mosimages}