Saint Georges Preca (1880-1962)

Georges Preca

Georges Preca est né à La Valette, capitale de Malte, le 12 Février 1880, à quelques pas du Sanctuaire de Notre Dame du Mont Carmel. Il a grandi dans une famille profondément chrétienne. Selon la coutume de l'époque, lorsqu'il était encore enfant, il reçut le Scapulaire du Carmel. Après ses études à l'école publique, il est entré au Grand Séminaire. Quand il fut ordonné diacre, lui qui avait toujours été de santé fragile, il tomba gravement malade; par l'intercession de St. Joseph il fut guéri et sera ensuite ordonné prêtre, le 22 Décembre 1906.

 

Avant même son ordination, il avait remarqué que l'enseignement du catéchisme était indispensable. C'est pourquoi il avait écrit en latin des statuts qu'il pensait envoyer au Pape Pie X, afin de créer une société de diacres permanents destinés à aider les évêques en enseignant le catéchisme.

 

Au début de 1907, le jeune prêtre commença sa mission. En réponse à l'appel de Dieu d'aider le peuple chrétien à travers l'instruction catéchétique, il rassembla autour de lui un groupe de jeunes adultes, les instruisant dans les valeurs et les vertus chrétiennes et les aidant à prendre conscience de l'amour infini de Dieu pour tous les hommes. Ce groupe constitua le noyau de la "Société de la Doctrine Chrétienne", association de laïcs célibataires dédiés à la Catéchèse, appelée communément M.U.S.E.U.M. (initiales de Magister Utinam Sequatur Evangelium Universus Mundus = Maître, que le monde entier suive l'Evangile).

 

Le Père Georges a consacré toute sa vie à cette œuvre d'éducation religieuse des enfants et des jeunes accomplie par des laïcs bien préparés. L'idée centrale de sa spiritualité et de sa théologie est le mystère de l'Incarnation. Les paroles "Le Verbe s'est fait chair" sont l'emblème de la Société qu'il a fondée, et de sa vie.

 

Il avait remarqué tout particulièrement un jeune travaillant aux chantiers navals, Eugène Borg. Il lui avait expliqué la Passion de Jésus Christ en suivant le récit de l'Evangile selon saint Jean. Et, plus tard, Eugène Borg devint le premier supérieur général de la société du Père Georges.

 

Ce saint prêtre ne se contentait pas du minimum. Il fit des études approfondies sur la Sainte Ecriture et écrivit 150 livres et articles. Le sacrement de réconciliation était une composante forte de son apostolat. En étudiant ce que fut sa vie, nous pouvons voir combien il avait une âme mystique qui cherche uniquement Dieu.

 

Depuis son enfance, il s'était engagé à imiter la Vierge Marie, dont il portait toujours le Scapulaire. En juillet 1918, pour s'investir davantage à la suite de la Vierge Marie il entra dans le Tiers-Ordre Carmélitain; le 26 Septembre 1919, il fit sa profession et prit comme patron le bienheureux Franco de Sienne, dont il a porté le nom et essayé d'imiter les vertus. Il avait choisi le nom de ce bienheureux parce que, lui aussi, se considérait comme un grand pécheur.

 

Il sentait fortement son appartenance à la Famille Carmélitaine; il participait activement à la vie du Tiers Ordre, donnait des conférences sur la spiritualité du Carmel, et, dans ses écrits, utilisait souvent son nom de Tertiaire.

 

En 1952, en signe de reconnaissance de son infatigable engagement à la diffusion de la dévotion à Notre Dame du Mont Carmel, le Prieur Général, Fr. Kilian Lynch, l'affilia à l'Ordre du Carmel. Ses rapports avec les Carmes furent toujours très amicaux. Il avait un grand amour et une grande dévotion pour Notre Dame du Mont Carmel qu'il partagea, en premier lieu, avec les membres de la Société qu'il avait fondée, leur rappelant qu'il ne suffit pas seulement de porter le Scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel mais qu'il faut aussi le faire connaître.

 

Contrairement à ce que ses confrères et le médecin pensaient, le Père Georges vécut longtemps. Il est mort le 26 Juillet 1962 dans la ville de St. Venera, où il a passé ses dernières années auprès des Carmes. Son souvenir est toujours vivant chez de nombreuses familles de Malte.

 

Le Père Georges est un saint de notre temps, non pas à cause d'événements extraordinaires qu'on pourrait trouver dans sa vie, mais surtout pour le monument vivant qui est la Société du M.U.S.E.U.M., aujourd'hui présente en Australie, au Soudan, au Kenya, en Angleterre, en Albanie, et au Pérou.

 

Le témoignage du Père George est une preuve que le Tiers-Ordre Carmélitain est un chemin de sainteté aussi pour les prêtres diocésains comme nous le dit le prologue de la Règle du Tiers-Ordre Carmélitain.

 

Ce prêtre a été un digne fils du Carmel, non seulement parce qu'il en portait le Scapulaire, en a été Tertiaire et parlait souvent de la Vierge Marie, mais surtout parce qu'il a vécu dans l'intimité et l'union avec le Père, au service de ses frères, à l'exemple de la Vierge Marie.

 

Georges Preca fut béatifié le 9 mai 2001, par le Pape Jean-Paul II, et canonisé le 3 juin 2007, par le Pape Benoît XVI. Sa mémoire liturgique est célébrée dans l'Ordre carmélitain le 9 mai.